Escrime Japonaise de Spectacle à Voiron

Au Centre des cultures du Monde LUCIES BAUD à Voiron.

Dès septembre 2024 les Lundi soir de 20h à 21h30.

Tarif : 210€ ( inscription annuelle, essai gratuit)

L’escrime japonaise de spectacle est une discipline artistique et martiale qui permet de rejouer les scènes de combat des films de samouraï. Cette pratique se différencie des arts martiaux traditionnels en mettant l’accent sur la beauté du geste et la créativité, plutôt que sur l’efficacité martiale.

Notre troupe d’escrime japonaise de spectacle à Voiron a pour objectif de faire découvrir cette discipline au plus grand nombre et de promouvoir la culture japonaise en France. Nous proposons des cours hebdomadaires le lundi soir de 20h à 21h30, ouverts à tous les adultes et jeunes adultes, débutants ou expérimentés.

Nos entraînements se déroulent en trois phases : tout d’abord, nous nous mettons en condition physique et technique en apprenant les mouvements de sabre. Ensuite, nous travaillons la réception des coups et l’acting pour rendre les scènes de combat plus réalistes. Enfin, nous créons et répétons des chorégraphies pour nos spectacles et nos courts métrages.

Notre méthode d’enseignement se base sur des connaissances solides des écoles de sabre traditionnelles, mais nous nous affranchissons des dogmes et des limites de style pour laisser place à la créativité et à l’expression personnelle. Nous pratiquons dans une ambiance bienveillante et coopérative, où la communication non verbale et la présence dans l’action sont essentielles.

Les bénéfices de cette pratique sont nombreux : elle permet de développer la confiance en soi, la communication verbale et non verbale, l’apport culturel sur le Japon, le bien-être physique et l’exploration des émotions grâce à l’acting.

Nous sommes une équipe passionnée et motivée, composée de pratiquants d’arts martiaux et d’escrime artistique occidentale. Nous avons déjà à notre actif plusieurs spectacles et courts métrages, et nous sommes déterminés à relever les défis qui se présentent à nous pour faire connaître et rayonner l’escrime japonaise de spectacle.

Rejoignez-nous pour découvrir cette discipline unique et enrichir votre vie sur le plan personnel et communautaire ! Inscrivez-vous à nos cours, partagez notre projet autour de vous et venez nous soutenir lors de nos événements. Nous avons hâte de vous accueillir dans notre troupe !

Mercredi 10 Avril 2024

Ce matin, le soleil brille sur Nikko. Nous visitons la villa impériale Tamozawa 日光田母沢御用邸記念公園 et son jardin. Il y fait froid, mais c’est très grand, sombre et beau. C’est peut-être un peu vide, et on a du mal à imaginer comment les gens vivaient là-dedans. La journée est agréable, et nous allons jusqu’à la gare de Nikko à pied.

L’après-midi, nous prenons le train pour Tokyo et faisons un saut à Akihabara pour tenter de trouver certains cadeaux précis cette fois, mais sans succès encore une fois.

Samedi 6 Avril 2024

Kanazawa 金沢市

Il fait plutôt beau ce matin. Nous partons à pied jusqu’aux ruines du château de Kanazawa. Malgré la présence des portes, il ne reste pas grand chose de ce château dont les bâtiments couvraient plus de 10000m² de terrains… Comme beaucoup de châteaux au Japon, il ne reste pas grand chose des bâtiments de base, les donjons sont parfois reconstruits, comme les portes et les enceintes mais la majorité des bâtiments ont disparu. C’est toujours intéressant de regarder les petites vidéos dans les musées pour savoir où en est la recherche et la reconstruction sur ces bâtiments. Ici à Kanazawa, le château était vraiment monumental et j’espère qu’un jour une reconstruction totale existera. À midi, l’attente dans les restaurants qui nous intéressent est tellement longue que nous choisissons de manger une pizza. Et bien encore une fois, la pizza japonaise égale les bonnes pizzas françaises. Autant je trouve qu’on en fait trop sur la propreté au Japon (franchement le bord des routes…) autant j’avais entendu dire que les pizzas étaient nulles et bien ce n’est pas plus vrai.

L’après-midi, nous visitons le jardin Kenrokuen 兼六園. Il y a beaucoup de monde (Kanazawa n’est visiblement pas une destination originale ou “cachée”) mais c’est très beau. Nous avons assisté à un concert de percussions japonaises (Taiko et autres) avec des musiciens de tous âges (mais surtout des enfants) et la prestation était exceptionnelle. J’ai adoré.

Il y avait un stand de saké gratuit en dégustation libre, nous en avons goûté deux, dont un à la saveur vraiment unique. Le jardin est bien sûr à la hauteur de sa réputation et la floraison des cerisiers ayant enfin commencé, le spectacle est magnifique. Sur le chemin du retour, nous sommes passés par les berges du district de Kazuemachi Chaya, qui méritent qu’on y repasse demain. Nous allons manger et boire un verre dans le bar musical de notre hôte (Tsudoh) et passons une belle soirée ! (j’ai même joué un peu de guitare et chanté devant un public japonais bien trop indulgent)

Jeudi 4 Avril 2024

Le ciel est nuageux ce matin mais pas de pluie en vue. Nous quittons notre appartement de Kyoto pour prendre le train en direction de Fukui. Nous longeons le lac Biwa pour arriver à la gare de Fukui qui est assez jolie. Il y a une maquette de trains rigolote, un dinosaure en bois et d’autres sculptures de dinosaures assez amusantes un peu partout dans la gare.

Nous prenons un bus en direction d’Eihei-ji pour être très bien accueillis dans le bel hôtel à côté du temple. Le Temple de Eihei-ji 永平寺 est le temple principal du courant Soto Zen et celui où se trouvent les cendres du Moine Dogen, fondateur du courant Soto. Bref, pour un non initié comme je le suis, c’est principalement l’architecture et l’ambiance qui m’attirent dans ce lieu et il faut avouer que c’est particulièrement beau. Nous avons même eu la chance d’avoir des rayons de soleil dans le temple.

Mercredi 3 Avril 2024

Journée très pluvieuse. Le matin, nous visitons le temple Tō-ji 東寺 et l’après-midi, nous faisons les boutiques à la galerie Teramachi-dori 寺町通. Nous nous sommes aussi un peu reposés car le voyage est loin d’être fini ! Le soir j’ai mangé mon premier Yakiniku avec Emilie et c’était trop bon.

Mardi 2 Avril 2024

Encore une journée sans trop de nuages. Nous prenons le train pour Otsu (Hieizan-Sakamoto Station 比叡山坂本駅) et montons plus particulièrement vers Sakamoto. Entre la gare et le sommet de Sakamoto, plus nous avançons, plus nous découvrons de belles choses, à commencer par le splendide cerisier “lié” à Toyotomi Hideyoshi, qui sort vraiment du lot. Un peu plus haut, j’entends les cris familiers d’un cours de kendo. Un groupe de jeunes s’entraîne les fenêtres ouvertes. Nous parcourons l’entrée d’un premier temple, le Shigain Monzeki Temple 滋賀院門跡, très beau, mais une autre aventure nous attend et il faut faire des choix.

Nous montons dans le Sakamoto Cable Car 坂本ケーブル (1660 yen l’aller-retour) pour gravir tranquillement le mont Hiei 比叡山. Nous mangeons en haut avec une vue panoramique sur le lac Biwa.

Nous dédions l’après-midi au sanctuaire Enryaku-in (1000 yen pour l’accès à la grande zone des 3 sanctuaires). En vrac, nous avons fait la chasse aux tampons, des grues en origami, j’ai calligraphié une prière en échange d’un porte-bonheur (et fait un don de 1000 yen), enregistré quelques oiseaux, et pris des tas de photos de magnifiques temples. Le temple principal du Enryaku-ji est malheureusement sous un hangar pour être rénové. C’est moins beau mais très intéressant de voir la (re)construction de ce genre de monument.

Bien sûr, nous avons pris le temps de profiter de la forêt si agréable avant de redescendre pour faire un tour gratuit (car après 16h, il n’y a plus personne pour faire payer l’entrée) du Hiyoshi-taisha 日吉大社.

Samedi 30 Mars 2024

Ena 恵那市

Aujourd’hui, le temps est couvert mais il ne pleut pas.

Nous profitons d’être à ENA pour visiter le musée d’art Hiroshige. Hiroshige est un peintre japonais auteur de nombreuses estampes que j’adore. C’est un petit musée qui, pour 520 yen, propose un grand espace d’exposition d’estampes “originales” (par définition, une estampe est une reproduction, mais disons traditionnelle) et un second étage dédié à la pédagogie de l’estampe. À savoir que les estampes sont des blocs de bois gravés qui servent à imprimer en plusieurs couches pour créer une image. Et chaque mois, ce musée propose de venir imprimer soi-même ses propres estampes : une petite et deux grandes en A3 (jusqu’à 5 couleurs, noir inclus). Bien sûr, pour survivre à l’utilisation hasardeuse des visiteurs, ici vous n’imprimez pas avec des blocs de bois sculptés, mais avec des facs similaires en plastique. L’utilisation est moins périlleuse mais tout aussi efficace. C’est très amusant à faire et cela permet de comprendre réellement la fabrication de ces images. On découvre aussi les blocs originaux et les outils traditionnels. Nous avons été très bien accueillis et les dames de l’accueil ont gardé nos bagages pour nous permettre de profiter de la visite. Malheureusement, les photos y sont interdites donc je n’ai pas grand-chose à vous montrer de cette matinée. Fait agréable, un papi avec un t-shirt du musée Ghibli, dont je ne suis pas sûr qu’il fasse partie du staff, nous a offert sa pochette plastique pour transporter les estampes (vendue 100 yen par le musée) et nous a donné des estampes faites au musée (par lui) sur d’autres périodes et donc des images que nous n’avions pas ! Il nous a aussi montré comment bien utiliser le matériel et nous avons un peu parlé de kendo et de mushin (l’état de non-pensée, utile en art, en kyudo et dans les budo). Il a tenu à prendre en photo mon sweat du club d’Annecy. Il n’y avait presque personne et c’est un luxe que j’apprécie même si je suis un peu triste que cette belle pratique n’attire pas les foules. J’aimerais faire découvrir l’estampe lors d’ateliers avec l’association, mais cela demande pas mal de matériel, de travail et donc de ressources que nous n’avons pas pour le moment.

Ena n’est pas une ville très jolie ( pour ce que nous en avons vu) mais notre séjour y fut très pratique et bien moins coûteux qu’une auberge à Magome ou Tsumago. C’est aussi à quelques dizaines de mètres de notre hôtel que nous avons restitué notre voiture. L’expérience de location avec Toyota Rent a Car est très pratique, certes nous avions pris leur assurance mais la prise et la restitution du véhicule furent simples et rapides.

Kyoto 京都市

En début d’après-midi, nous prenons le train pour Kyoto via Nagoya. Nous avions envisagé de faire un saut à Nagoya mais la fatigue et nos bagages nous ont poussés à prendre directement le Shinkansen une fois dans la plus grande gare du monde. À titre indicatif, la location de voiture était plus simple que la prise de billet pour le Shinkansen…

Une fois à Kyoto, nous découvrons avec joie notre Airbnb pour les 5 prochaines nuits. Après avoir posé nos bagages, nous faisons un saut au temple Tō-ji 東寺 juste à côté. C’est magnifique mais nous arrivons au moment de la fermeture journalière. Ici, la visite du temple est payante, les visiteurs sont invités à sortir à 17h pour pouvoir acheter à 18h un billet “de nuit”. C’est très beau et à deux pas, nous y retournerons. Du coup, nous allons faire quelques courses (les supermarchés ici n’ont pas grand-chose à voir avec les nôtres) pour manger tranquillement et finir la soirée par un petit jeu avant un repos bien mérité !

Jeudi 28 mars 2024

Sans surprise, le temps est très nuageux ce matin. Le mont Fuji est caché et le restera. Nous nous rendons en voiture au musée du Kiri-e à Shimoyama.

Le kirie est du découpage, ou plus littéralement du dessin découpé. C’est ce vers quoi s’oriente principalement ma pratique artistique aujourd’hui. Le musée est dans un parc supposément très beau, mais le printemps tardif ne nous offre encore qu’un paysage montagneux très gris. L’exposition est assez petite mais très impressionnante. Il y est représenté des artistes de très grande qualité et une belle variété dans cet art qui existe depuis longtemps dans de nombreuses régions du monde. Bref, une très belle visite qui valait le détour. C’est pour moi une très belle opportunité d’approfondir ma pratique. Malheureusement c’est complètement interdis d’y faire des photos mais je vous met le site en lien (il ne rend absolument pas justice à l’expo, mais c’est mieux que rien)

L’après-midi, nous nous rendons à Suwa 諏訪市 pour visiter le sanctuaire Suwa-taisha 諏訪大社. Il est en travaux mais ça reste un très bel endroit.

Nous dormons dans une chambre de style japonais avec vue sur le lac. Nous profitons aussi du onsen privé “Abricot”, l’eau à 57 degrés avec vue sur le lac aussi. C’est très chaud, pour en profiter (sans avoir trop la tête qui tourne) il faut alterner avec des douches un peu plus fraîches. En tout cas, on en ressort avec la peau très douce ! Le soir, nous avons un peu de mal à trouver un restaurant pour manger sans faire la queue et nous nous rabattons sur un restaurant “italien”. J’en profite pour goûter la “pizza japonaise” qui m’intriguait beaucoup. Celle-ci était plutôt bonne et je ne suis pas déçu, alors que ça m’arrive souvent d’être déçu par des pizzas françaises. Alors c’est peut-être parce que je m’attendais à rien, mais bref j’ai bien mangé ! Même le tiramisu était bon malgré une portion ridiculement petite !

Dimanche 24 Mars 2024

Temps assez médiocre aujourd’hui.

Akastuka

Je me lève relativement tôt aujourd’hui car j’ai un entraînement de kendo ce matin. Ce sera le premier et sûrement le dernier de mon séjour donc je suis assez excité à cette idée.

Je me rends donc à Akatsuka au Dojo Kyumeikan et j’y suis très bien accueilli. Je les avais contactés quelques jours plus tôt et ils m’avaient gentiment répondu. C’est un dojo avec une forte volonté d’amitié à l’international et ça se ressent. Amis français, vous pouvez y aller sans appréhension ! Avant d’en parler à Ghaïs, j’appréhendais un peu de ne pas avoir le niveau pour survivre à un entraînement japonais, mais le Japon est comme le reste du monde, il y a des gens plus forts et d’autres moins. En tout cas, le cours s’est bien passé pour moi, j’étais bien cuit, mais comme en France ^^.

Après ce bon entraînement, Kato sensei fait une petite démonstration de iaido et m’offre des fascicules du dojo et deux presse-papiers trop stylés. Encore merci à eux pour ce bel accueil. (Fun fact, j’ai rencontré un autre Matthieu de France qui s’entraîne là-bas. Il est très sympa et travaille au Japon !)

SETAGAYA

Je retourne à l’hôtel prendre une douche et me reposer un peu avant de repartir pour Setagaya pour mon dernier cours de Tenshinryu au Japon. C’était plus intense qu’hier mais tout aussi intéressant. J’apprécie de profiter en direct des corrections des sensei. Notamment sur les postures. Par rapport à la perception extérieure des mouvements à pleine vitesse, la réalité est bien plus complexe. Si l’on compare à des écoles plus “communes” et “modernes” de iaido où l’alignement vertical du tronc est assez strict, ici ce n’est pas systématique. Au contraire, les positions mobilisent de façon complexe toutes les parties du corps avec pour objectif la rapidité, une géométrie favorable à la sécurité vis-à-vis de l’adversaire et une capacité à ajuster le mouvement par rapport à la situation et favoriser. Ainsi, par rapport à ce que l’on perçoit, les positions sont bien plus complexes à réaliser qu’il n’y paraît. Par rapport à la sensation, les ajustements sont souvent des positions “exagérées” et pas très naturelles à priori. Les sensations sont assez difficiles à décrire mais j’ai beaucoup filmé les cours et je vais essayer d’en retranscrire une partie, cela me sera utile à l’avenir.

Et justement en parlant d’avenir, je pense vraiment pratiquer cette école dans la durée. Je suis loin de pouvoir l’enseigner mais dans quelques années ça devrait être possible. En attendant, j’aimerais trouver des gens avec qui pratiquer cette école, histoire de créer un groupe d’étude, sous la supervision pédagogique de Pierre-Emmanuel Sensei et des cadres japonais. Ide Sensei a partagé avec le groupe japonais nos intentions de dynamiser le groupe France et m’a formulé le souhait de m’évertuer à reproduire le même genre d’ambiance en France qu’au Japon. Et cette ambiance n’est pas celle du fantasme quasi militaire qui fait rêver certains occidentaux. Kuwami sensei et son groupe sont des gens chaleureux, avec beaucoup d’humour et une vraie passion pour leur art, et une recherche honnête. Kuwami sensei a même tenu à me faire une accolade à mon départ, ce qui n’est pas du tout dans les habitudes des Japonais (ni des miennes) !

21,22 Mars 2024

Deux petites journées :

Jeudi

Je commence par vous écrire puis je vais à une initiation à la calligraphie proposée par mon école. C’était deux heures vraiment agréables, et j’en ressors avec une calligraphie sur carton de Haru 春 (printemps) et un kit de calligraphie (un pinceau avec 2 feuilles magiques). Honnêtement pour le prix, c’était une très bonne affaire. J’y allais aussi pour voir comment des “pros” gèrent une initiation puisque, avec l’association, nous en faisons souvent. Je pense que nos initiations menées par Loic et/ou Attilio sont vraiment qualitatives et j’ai hâte d’organiser de nouveaux stages avec Attilio.

Je termine ma journée par plusieurs cours de japonais en mode révision expresse de l’ensemble du livre (dont je n’ai vu en cours que les deux derniers chapitres mais dont je connaissais globalement les points de grammaire).

Vendredi

Le matin, je prends du temps pour écrire un mot de remerciement à ma famille d’accueil. À midi, je vais goûter les méga pancakes de Shibuya chez Flipper’s avec Patrice, une camarade américaine. Un peu cher (environ 3000 yen pour un demi salé, un sucré et un jus d’orange) mais vraiment délicieux !

Nous allons ensuite à l’école pour une dernière petite révision, l’examen de fin de cycle et nos projets hebdomadaires. Le test était rapide et j’obtiens 90% avec des fautes plutôt bêtes, j’aurais sûrement dû passer plus de temps à me relire. Mais ce n’est pas très important car c’est un test de changement de niveau et je m’en vais. J’ai un vrai test à réaliser (le LILATE) d’ici quelques mois pour valider le financement partiel de cette formation par le CPF. Pour chaque départ d’élève, EF organise une mini cérémonie de remise de diplôme, avec le chapeau à l’américaine, le discours et tout. Nous étions deux (avec Vanessa, une hôtesse française) à partir de cette semaine donc on a fait bref mais c’était sympa.

Bilan de cette formation : 3 semaines sont vraiment insuffisantes pour rentrer dans la méthode, le fonctionnement des cours et s’habituer à la vie tokyoïte, mais :

  • L’équipe pédagogique est très bien, et les cours sont intéressants.
  • Je pense avoir consolidé des notions déjà vues et appris pas mal de vocabulaire.
  • J’ai pu parler beaucoup et dépasser l’appréhension du débutant.
  • J’ai récupéré de nouveaux supports pédagogiques et découvert la méthode Marugoto.
  • J’ai rencontré un tas de gens du monde entier avec qui discuter en japonais ou en anglais. (Et progresser en anglais est important aussi)

Si c’était à refaire ? Je le referais mais sans option intensive car le contenu était vraiment dispensable. Par contre, pour ceux qui peuvent se le permettre, évidemment qu’il faut partir plus longtemps. Je pense avoir progressé même si on ne fait pas des miracles en trois semaines, cela m’a aussi donné envie de continuer les cours. Je ne sais pas encore si j’en serai capable financièrement mais ce voyage m’a motivé à continuer de travailler mon japonais, ne serait-ce que pour pouvoir entretenir et approfondir les contacts établis ici.

Voilà, l’école c’est fini, place aux vacances !

J’ai un joli week-end de pratique en perspective. Lundi, Emilie, Michelle et Philippe arrivent pour débuter la deuxième phase de notre voyage qui s’annonce géniale !